5 plats japonais faciles à préparer à la maison

Il semblerait que la cuisine ait la cote pendant le confinement ! Et pourquoi ne pas en profiter pour tester quelques recettes japonaises simples ?

Bonus : cliquez sur le nom des plats pour accéder à la recette !

 

Le Chirashi ou chirashi sushi ちらし寿司 (« sushi éparpillé », en japonais )

Simple, raffiné et surtout délicieux, le chirashi est un plat extrêmement populaire au Japon (sa popularité a d’ailleurs traversé nos frontières depuis quelques années). Ce plat est composé principalement de riz vinaigré sur lequel reposent des garnitures froides (tranches de poisson cru, surimi japonais, algues, champignons, omelette, oeufs de poisson, avocat…), le tout accompagné de divers assaisonnements.

 

Le Karaage から揚げ

Si le karaage désigne, au sens large, une technique de cuisine japonaise dans laquelle les ingrédients sont frits dans un bain d’huile, on pense souvent à la version préparée avec du poulet.  Il faut dire que ce poulet croustillant mariné dans sa petite sauce à base de soja, saké et gingembre à tous les ingrédients pour ne pas laisser indifférents les amateurs !

 

Le Gyūdon 牛丼 (littéralement « bol de bœuf »)

Faisant partie de la catégorie des donburi, c’est-à-dire des plats servis dans un bol de riz chaud, le gyuūdon se caractérise par ses lamelles de boeuf accompagnées d’oignon et parfois de gingembre et d’oeuf.

 

 

L’Omurice オムライス

L’omurice est un exemple de cuisine japonaise née par l’importation et l’adaptation de recettes occidentales. Ainsi, le terme “omurice” un terme japonais créé de toutes pièces à partir de la contraction des mots anglais “omelette” et “rice”. Populaire auprès des enfants comme des adultes, cette omelette contenant du riz frit saura faire plaisir à tout le monde.

 

Le Kasutera カステラ

Ce gâteau éponge, très léger et moelleux, est à la fois extrémement simple à préparer et riche en histoire. La légende raconte qu’à la fin de la periode Muromachi, au XVIème siècle, les missionnaires portugais ont importé une pâtisserie qui a servi de base à l’actuelle pâtisserie nippone. Au fil du temps, le kasutera, spécialité de Nagasaki, s’est décline en plusieurs saveurs (thé vert, miel, chocolat…). Ce cake fait toujours fureur au Japon (et on comprend pourquoi !).