[Japon pratique] Les wagons réservés aux femmes dans les transports ferroviaires

Le Japon, très attaché à sa réputation de pays où règne le savoir-vivre en société, a développé un système de wagons réservés aux femmes pour tranquilliser la gent féminine dans les transports ferroviaires. 

Soyons honnêtes : emprunter quotidiennement les transports en commun dans les grandes mégalopoles est pesant. Et le Japon, avec son impressionnant réseau de transports en commun et ses trains bondés (saviez-vous que le métro de Tokyo transporte chaque jour 6 millions de passagers ?!), n’échappe pas à ce constat.

L’utilisation des transports en commun est d’autant plus pénible pour les femmes ; en effet, beaucoup d’entre elles ont été témoins ou victimes de comportements déplacés dans les transports. Pour essayer de mettre un terme à cette situation, le Japon a mis en place un système de séparation des hommes et des femmes dans les transports.

Ce système ne date pas d’hier : les premiers wagons réservés remontent au début des années 1900. Ainsi, en 1912, ces wagons spéciaux avaient pour but de séparer les étudiantes des étudiants aux heures de pointe. En 1920, c’est la ville de Kobe qui réserve des tramways entiers aux femmes ; dans les années 1930, la compagnie Hankyu propose des trains réservés entre Kobe et Nishinomiya.

Ces wagons réservés ont disparu vers le milieu du XXe siècle mais les “chikan”, ces voyageurs aux “mains baladeuses”, eux, n’ont pas disparu. Le phénomène était tel que dans les années 90, un livre intitulé “Journal d’un Peloteur” fit un véritable tollé car il donnait des conseils pour se livrer au “chikan” (le terme également les attouchements non consentis) en toute impunité…

Suite aux résultats alarmants d’une enquête menée au début des années 2000 par la police métropolitaine de Tokyo et la compagnie ferroviaire JR (et sous la pression de l’opinion publique), les sociétés ferroviaires ont réintroduit le système de wagons réservés. Depuis 2005, la plupart des compagnies opérant à Tokyo réservent des wagons aux dames. Certaines autorisent également l’accès aux jeunes garçons, aux personnes à mobilité réduite et à leurs accompagnants (hommes ou femmes).

Pour connaitre les horaires et les wagons concernés, il suffit de se repérer à l’encadré rose caractéristique apposé sur le sol en face de la rame. Pas d’inquiétude, l’information est également traduite en anglais.