Sélection “coups de coeur” pour découvrir la littérature japonaise

La situation actuelle impose de rester chez soi et de limiter au maximum les sorties. Et si c’était l’occasion de prendre le temps de découvrir la littérature japonaise ? Voici une sélection “coup de cœur” de 5 ouvrages japonais pour s’évader le temps de quelques pages. 

L’incontournable : “Le Dit du Genji” (XIème siècle) de Murasaki Shikibu 

“Le Dit du Genji” raconte la vie du prince Genji « le Radieux », fils de l’empereur et de sa favorite. Dans cet ouvrage, Murasaki Shikibu, dame de compagnie de l’impératrice du Japon, raconte avec finesse la vie du prince et décrit toutes les facettes de cet homme d’une beauté extraordinaire, poète accompli et charmeur de femmes. Composé au début du XIème siècle dans l’atmosphère raffinée de la cour impériale de Heian (l’actuelle Kyoto), “Le Dit du Genji” a connu un grand succès au sein de la noblesse japonaise, puis auprès d’un public élargi. Au cours des siècles suivants, le roman inspira poètes, peintres, écrivains et dramaturges. De par la caractérisation des personnages, d’une grande modernité pour l’époque, “Le Dit du Genji” est aujourd’hui considéré comme le premier roman psychologique au monde.

Le feel good : “Je suis un chat” (1906) de Natsume Soseki

Un petit chat sans nom se retrouve dans le jardin du professeur Kushami, dans la ville d’Edo (ancien nom de Tōkyō). Adopté par Kushami, il devient le chat de la maison. Doté d’une grande fierté et étonnamment cultivé, le chat est souvent indigné de la façon dont on le traite et juge rapidement les humains comme des créatures étranges et inconstantes. Au fur et à mesure du roman, des personnages, tous plus caricaturaux les uns que les autres, défilent chez le professeurs, et c’est là une belle occasion de dépeindre la société japonaise en pleine mutation pendant l’ère Meiji.

Le de cape et d’épée : “La pierre et le sabre” (1935) de Eiji Yoshikawa

Dans le Japon du XVIIème siècle, le jeune et fougueux Miyamoto Musashi (le plus célèbre samurai au Japon) n’aspire qu’à se battre. Recherché dans tout le pays, il est recueilli par un moine et n’a bientôt plus qu’un but : tendre à la perfection grâce aux arts martiaux et mettre son sabre au service du bien. Il ira de combats en conquêtes à la recherche d’amour et de sagesse, épaulé par le chant de sa chère et tendre Otsu. Un grand classique du récit initiatique.

L’inclassable : “Kafka sur le rivage” (2002) de Haruki Murakami

Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d’esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse. Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus, un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et encore bien d’autres choses… Avant de voir leur destin converger inexorablement et de découvrir leur propre vérité. Une œuvre majeure qui s’inscrit parmi les plus grands romans d’apprentissage de la littérature.

Le fleur bleue : ” Je reviendrai avec la pluie” (2003) de Takuji Ichikawa

Depuis la mort de sa femme Mio, Takumi vit seul avec son fils Yûji, âgé de six ans. Il gère le quotidien et l’éducation de son fils du mieux qu’il peut. Une seule chose le fait tenir, la promesse faite par Mio qu’elle reviendrait avec la pluie. Le premier jour de la saison humide, cette promesse se réalise et durant six semaines, le temps se suspend pour Mio et Takumi. Suite à son immense succès (plus de 3 millions de lecteurs japonais !), le livre a inspiré un film et une série télé encensés par la critique, ainsi qu’un manga sacré best-seller. Takuji Ichikawa défend une vision idéalisée de l’amour et met au service de cette histoire bouleversante une écriture d’une sensibilité rare, poétique et pleine de fantaisie.

Kafka sur le rivage, Haruki Murakami

Je reviendrai avec la pluie, Takuji Ichikawa

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Dit du Genji, Murasaki Shikibu

La pierre et le sabre, Eiji Yoshikawa

Je suis un chat, Natsume Soseki