Otsukimi お目見 ou la “contemplation de la lune”

Vous connaissez sans doute hanami 花見, cette célébration du printemps pendant laquelle les Japonais pique-niquent dans les parcs en admirant les fleurs de cerisiers. Mais connaissez-vous tsukimi 目見, le pendant automnal de hanami 花見 ?

Quelle date ?

La tradition du tsukimi (qui signifie « contemplation de la lune », tout comme hanami signifie « contemplation des fleurs ») suit l’ancien calendrier agricole ; par conséquent, elle n’a pas de date fixe. Elle tombe généralement entre mi-septembre et début octobre. En 2020, c’est le 1er octobre au soir qu’on pourra contempler la pleine lune.

L’origine de tsukimi 目見

Cette tradition, importée de Chine, est arrivée au Japon pendant la période Nara  (710-794). Les aristocrates composaient des poèmes, jouaient de la musique et buvaient du saké au clair de lune dans les parcs ou sur les lacs impériaux. La tradition de Tsukimi 目見 s’est popularisée pendant l’époque Edo. Pour le peuple, il semble qu’il s’agissait  davantage de remercier pour la bonne récolte plutôt que d’admirer la lune comme le faisaient les nobles. En effet, la lune jouait un rôle important dans le travail des paysans car sa lumière leur permettait de travailler plus tard dans les champs.

En automne, l’air frais et le temps clair permettent de voir la lune sous son plus beau “jour”. Juste avant la période des récoltes, il était donc de bon augure de prendre le temps de contempler et de remercier la lune pour les bénéfices qu’elle apporte.

Traditions & légendes associées

Ainsi, les Japonais aiment beaucoup les soirs de pleine lune – et la lune en général. Il y a d’ailleurs 14 mots (!) pour décrire les phases de la lune en japonais. Les traditions liées à tsukimi 目次à varient selon les régions mais en général, 15 dango 団子 (petites boules de riz rondes et blanches, symbolisant la lune) sont empilés en pyramide sur un sanbo, un plateau utilisé pour faire des offrandes aux divinités.

On utilise également des roseaux susuki, dont la forme des plumets rappelle celle des épis de riz et symbolise les céréales, pour la décoration. Des edamame, châtaignes et autres potirons peuvent être offerts en signe de gratitude pour l’abondance des récoltes.

Enfin, si vous regardez attentivement la lune, peut-être verrez-vous dans les ombres de la pleine lune un lapin pilant du riz… Cette association vient d’une légende japonaise : on dit qu’un jour, un dieu descendit sur terre sous l’apparence d’un vieil homme affamé. Dans une forêt, il demanda à plusieurs animaux de lui donner à manger. Tous les animaux lui ramenèrent quelque chose sauf le lapin, qui n’était pas capable de chasser. Voulant lui aussi l’aider, le lapin demanda aux autres animaux de dresser un bûcher et offrit sa propre vie pour nourrir le vieil homme. Le dieu fut très touché et pour récompenser le généreux lapin, il le ramena à la vie et l’envoya habiter sur la lune. Depuis, on peut voir la silhouette d’un lapin occupé à battre du mochi sur la surface de la lune lorsqu’elle est pleine…

 

Poursuivez votre lecture !