Retour sur l’année 2020 !

La fin de l’année approche (enfin) ! Retour sur une année 2020 peu ordinaire avant de d’accueillir 2021 !

Le COVID

Impossible de revenir sur 2020 sans mentionner cette actualité qui occupe notre quotidien depuis un an.

La forte densité de population, les relations étroites avec la Chine et le grand nombre de personnes âgées laissaient présager un lourd bilan mais le Japon s’est distingué par sa gestion de l’épidémie.

En effet, aucun confinement obligatoire n’a été décrété car anticonstitutionnel. Bien sûr, des mesures de restriction ont été mises en place (et sont toujours en vigueur), notamment la fermeture des écoles, la réduction des horaires d’ouverture des établissements de nature commerciale ou la mise en place du télétravail. Au Japon, les politiques misent sur la civilité de la population et fort heureusement, une très grande partie des gens se conforment aux recommandations émises.

En revanche, le gouvernement a pu imposer la fermeture des frontières. 2020 a enregistré 4 millions de touristes sur l’archipel, soit un recul d’environ 87% par rapport à l’an dernier.

Les Jeux Olympiques

Après avoir longuement résisté, le Japon a dû se résigner à reporter les JO à 2021. Cette grande actualité est évidemment la résultante directe de la propagation du coronavirus dans le monde. Actuellement, les Japonais sont majoritairement contre la tenue d’un tel événement. Affaire à suivre…

 

Un nouveau Premier Ministre 

Coups de tonnerre le 28 août dernier : Shinzo Abe, l’indéboulonnable Premier Ministre japonais annonce sa démission pour raisons de santé. En effet, Abe souffre depuis plusieurs années d’une maladie inflammatoire de l’intestin.

Le Premier Ministre japonais n’est pas désigné par le peuple mais par les pontes du parti majoritaire (le Parti Libéral Démocrate). Ces derniers ont choisi Yoshihide Suga, l’ancien Secrétaire Général du Cabinet (comprenez par là qu’il était à la fois porte-parole, mais aussi une sorte de coordinateur et de chargé de communication du gouvernement). Ce dernier, nationaliste, conservateur et révisionniste, à défaut d’apporter un vent de fraicheur, entretient une certaine continuité avec la politique de son prédécesseur. Si ce n’est ni lepremier choix du peuple, ni un renouveau pour la politique du Japon, sa nomination n’a pas fait de vagues car son profil rassure les Japonais (self-made man issu d’une famille provinciale sans liens avec la politique, personnalité plutôt austère, politique similaire à son prédécesseur etc.).

Le phénomène “Kimetsu no yaiba ( 鬼滅 の 刃)”

Pour finir sur une note positive, on ne peut pas parler de cette année 2020 sans parler du manga “Kimetsu no yaiba” (ou Demon Slayer). Il s’agit du plus gros phénomène manga de ces deux dernières années, à tel point que l’on peut même parler de phénomène de société tant sa popularité est écrasante. On voit des produits à l’effigie des personnages absolument partout, et même le Premier ministre en a cité une réplique durant une séance à la Diète…!

Les chiffres donnent le tournis : en 2020, “Kimetsu no yaiba” est le manga numéro un au Japon avec plus de 82 (!!) millions d’exemplaires vendus. À titre de comparaison, le numéro 2 de ce classement dépasse “à peine” les 8 millions d’exemplaires vendus. “Kimetsu no yaiba” a également fait décoller la fréquentation des salles de cinéma au Japon et le film pourrait bien devenir à la fois le film le plus rentable mais aussi le plus gros carton du box office japonais ! Actuellement, il se situe à la 2ème place (avec un peu plus de 31 milliards de yens de recettes), à quelques millions du chef d’œuvre “Le voyage de Chihiro”, numéro 1 depuis presque 20 ans.