Trouver un emploi au Japon

L’idée de travailler au Japon vous a peut être déjà effleuré l’esprit, que ce soit pour trouver un emploi à mi-temps, par curiosité, pour mettre un peu de beurre dans les épinards ou pour vivre au pays du Soleil Levant ?

Voici quelques pistes qui pourront peut-être vous aider. 

Avant toute chose, il est important de souligner qu’obtenir un emploi au Japon demande patience et implication. Les profils, objectifs et aspirations sont propres à chacun : il existe donc 1001 façons (ou presque ! ) de trouver du travail. Nous n’avons pas de recette magique mais il existe quelques cases à cocher pour mettre toutes les chances de votre côté :

1. Posséder un diplôme universitaire

Il faut pouvoir justifier au minimum d’une licence, peu importe le domaine. En effet, si les Japonais ne sont pas forcément regardants sur ce que vous avez étudié, la licence est la norme. D’ailleurs, sans elle, il sera extrêmement difficile d’obtenir un visa de travail. Par ailleurs, plus vous serez diplômé, plus votre candidature sera considérée sérieusement par les employeurs.

2. Avoir des compétences linguistiques 

Les Japonais peuvent se montrer  indulgents sur votre niveau de japonais (dans le cas où vous maîtrisez d’autres langues) mais avoir un niveau JLPT N3 (au minimum) est essentiel. Dans les faits, si vous souhaitez intégrer une compagnie japonaise, l’idéal est d’avoir un niveau N2.

Si vous ne parlez pas bien japonais mais que vous maîtrisez couramment l’anglais, le chinois ou le coréen, vous aurez une chance dans les compagnies internationales. Enfin, si vous ne parlez que français et que vous n’avez pas un niveau avancé dans d’autres langues, sachez qu’il vous sera compliqué de trouver du travail, hormis dans les écoles de français ou au sein de l’une des (très) rares entreprises qui utilisent le français comme langue de travail.

3. Être sur le territoire et posséder un visa vacances-travail ou un visa étudiant

Il existe quelques cas où l’on peut postuler depuis l’étranger, mais dans 95% des cas, il est essentiel d’être déjà au Japon et d’avoir un visa vous autorisant à travailler (les PVT et les visas étudiant sont les plus courants et les plus faciles à obtenir). Il est presque impossible de décrocher un travail avec un visa de tourisme, prenez-le en considération.

4. Faire des recherches sur la culture d’entreprise au Japon

Les codes sont très différents et leur maîtrise est essentielle pour travailler avec les Japonais sur le long terme !

De même, il ne faut pas “idéaliser” le système japonais. Comme partout, il y a de bonnes choses et de mauvaises choses. À vous de voir de quel côté penche la balance ! C’est la raison pour laquelle il peut être intéressant de lire les expériences d’expatriés qui fourmillent sur le Web pour avoir une idée d’où vous mettez les pieds.

Enfin, pour trouver un travail au Japon, préparez-vous à éplucher les offres d’emploi car contrairement aux Français, les Japonais font très peu de candidatures spontanées. Il faut donc répondre aux annonces diffusées par les entreprises. Pour cela, vous pouvez utiliser la page recrutement des sociétés, postuler via des agences de recrutement (HelloWork, le “Pôle Emploi” japonais, Michael Page, Robert Walters etc.), consulter les sites répertoriants les offres d’emplois (GaijinPot, Craiglist, Jobs in japan, etc.) ou mettre à profit les réseaux sociaux comme LinkedIn.

5. Ne négligez pas votre réseau !

Ce conseil est valable quel que soit le pays dans lequel vous cherchez du travail. Développez un maximum de contacts et qui sait, peut-être que l’un d’entre eux vous recommandera !