Jidohanbaiki, les incontournables distributeurs automatiques du Japon

Si vous êtes déjà venu au Japon, vous avez très certainement remarqué le nombre incroyablement élevé de distributeurs en tout genre disséminés dans l’Archipel.

Dans cet article nous vous racontons l’histoire des jidohanbaiki.
 
Jidohanbaiki (jihanki pour les intimes) est le terme japonais désignant les distributeurs automatiques. Il faut savoir que l’invention ne date pas d’hier. En effet, le plus ancien distributeur automatique (d’eau bénite) a été découvert dans le temple d’Alexandrie en Egypte (on suppose qu’il date de l’an 215 avant J-C).
Il faudra attendre le XVIIème siècle pour voir le développement de ces machines sous l’impulsion des Anglais. Mais c’est du côté des Etats-Unis qu’il faudra se tourner pour voir les premiers distributeurs automatiques (de chewing-gum à l’origine) viables sur le plan commercial.
 
 
En ce qui concerne le Japon, c’est après la Seconde Guerre mondiale que les distributeurs automatiques vont séduire la population.  En outre, la seconde moitié du XXème siècle au Japon voit le pays se transformer comme jamais auparavant. L’industrialisation massive, l’hyper développement des transports (notamment ferroviaires) ainsi que le boom économique et démographique ont constitué le terreau idéal pour voir les jidohanbaiki fleurirent dans tout le pays.
 
 
Cela s’explique de par le pragmatisme légendaire des japonais. Ces machines pouvaient distribuer boissons, nourritures, alcool, tabac, objets du quotidien etc. en préservant la main d’œuvre qui avait fort à faire pour développer le pays et tout cela en temps record puisque la transaction ne prend que quelques secondes.
Petit à petit, les jidohanbaiki se sont imposés dans les habitudes de consommation des japonais. Leur nombre est certes en diminution, mais on dénombrait quand même près de 3 millions de ces machines en 2018, ce qui fait du Japon un des plus gros consommateurs mondial.
 
On peut maintenant se demander pourquoi les distributeurs automatiques ont toujours à ce point la côte au Japon.
Déjà, sur le plan de la sécurité, il faut noter que les actes de vandalisme ou de vols liés à ces machines sont relativement rares.
Ensuite, la logistique est d’une efficacité exceptionnelle.
De plus, les machines évoluent avec le temps, ainsi il est désormais possible de payer en scannant sa carte de transport par exemple.
Enfin, les prix restent attractifs. À titre de comparaison, pour une simple bouteille d’eau qui vous sera vendue 2,50 euros dans les distributeurs automatiques en France, içi cela vous coûtera en moyenne entre 80 centimes et 1 euros.
À noter que la variété des produits vendus est aussi un gros plus qui ne manquera pas d’attirer le regard des étrangers (attention de ne pas choisir au hasard au risque d’avoir des surprises….).
 
 
Vous l’aurez compris, les jidohanbaiki font partie du patrimoine nippon. Lorsque vous viendrez profiter du Japon, n’hésitez pas à en profiter !